reve

Folle passion

Ton regard éperdu perce au cœur mon âme,
Dès l'instant où sur toi mes doigts se posent,
Guettant, sans doute, lorsque ton corps se pâme,
La réponse d'amour que sur tes lèvres je dépose.

Délicieux abandon, dont je savoure les prémices,
Vague de fond qui réveille en moi tant de démons,
Grisé et fou de désir, contre ta chair je me glisse,
Afin de goûter à cette envie de toi dont j'ai passion.

Houle fougueuse, au rythme de laquelle je perçois,
Ton être répondre, transporté de séduisants frissons.
Calquant sur celui-ci, mes furieux élans que je dois,
Réfréner afin que l'aventure amoureuse soit à l'unisson.

À l'appel de tes sens, exacerbés, mon appétit se plie,
Fou d'amour que je suis, devant ton complet abandon,
Alors que s'annonce notre plaisir, ton regard supplie,
Et je redouble de vigueur, bien plus que de raison.

Ô céleste apothéose, au sein de laquelle je sombre,
Vibrant comme voile sous le vent, comblé, je faseille,
Et quémande déjà, de tes yeux chavirés, bleu-sombre,
Permission de te reprendre, en supplique à ton oreille.

Mes mains parcourent ton paysage d'un expert ballet,
Faisant renaître le chant de tes exquis gémissements,
Auquel je réponds, embrassant ta toison, dont le reflet,
Ravive mon insatiable ardeur à t'aimer passionnément.

Nos corps ne font qu'un, ô, maîtresse ensorceleuse…
Oui, toi seule, éternellement, de mon cœur tu détiens,
Les clés de notre avenir, d'une existence prometteuse,
Vers où je cours, car, c'est à toi que mon âme appartient
.

Guy Vigneau